Depuis 1988, l’organisme de conservation sans but lucratif américain Rainforest Trust a contribué à protéger plus de 17,6 millions d’acres d’habitat faunique dans le monde (une superficie supérieure à celle des États de Virginie-Occidentale et du Delaware réunis!). De concert avec des communautés et des partenaires locaux pour recenser les écosystèmes où vivent les espèces les plus menacées de la planète, Rainforest Trust a permis de créer plus de 100 aires protégées en Amérique latine, en Afrique et en Asie. Cette action est cruciale car, chaque jour, près de 70 000 acres de forêts tropicales sont détruites dans le monde, ce qui pousse plus animaux au bord de l’extinction. Rainforest Trust s’efforce actuellement d’augmenter cette protection à plus de 32 millions d’acres au courant des prochaines années, pour des sites qui, selon les estimations, servent de refuge à 63 % des espèces d’oiseaux, à 42 % de toutes les espèces de mammifères et à 25 % de toutes les espèces d’amphibiens du monde.

« La protection de ces aires est très tangible et réelle – nous pouvons le démontrer sur notre carte et montrer les zones où les espèces  sont protégées », a déclaré Paul Salaman, Ph. D., PDG de Rainforest Trust. « Tout notre travail est réalisé en nouant des partenariats avec des conservateurs locaux expérimentés qui partagent la même passion et le même désir de protéger les espèces les plus menacées de notre planète. » Rainforest Trust contribue à la création d’aires protégées de différentes manières : achat direct de terres par ses partenaires, création de parcs nationaux et de réserves ou d’aires de conservation communautaires où les résidents locaux participent à leur entretien pour les protéger durablement. L’une des grandes réussites de Rainforest Trust a été la création, en 2016, en
collaboration avec son partenaire local, du parc national Lomami de près de 2,2 millions d’acres, en République démocratique du Congo. Cette action de conservation a été une percée majeure dans la protection des forêts tropicales d’Afrique centrale : ce parc a été également le premier parc national du pays (et l’un des rares en Afrique) à être mis en place avec le fort soutien des communautés locales. Le vaste parc national de Lomami protège maintenant l’habitat vital dans le bassin du Congo – l’une des forêts tropicales les moins protégées de la Terre – où vivent des espèces menacées telles que les bonobos, les okapis et les éléphants de forêt.

Bien que ce groupe de conservation soutienne des projets de protection d’espèces emblématiques et de vastes paysages, il cible également des animaux et des zones moins connus, mais non moins importants. Rainforest Trust travailleactuellement en partenariat avec un organisme de conservation au Panama pour protéger une « île céleste », la montagne Cerro Chucantí, qui s’élève à 1 439 mètres d’altitude par rapport au niveau de la mer et où vivent de nombreux animaux qu’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde. Certaines de ces espèces ont été récemment découvertes, y compris des salamandres, des grenouilles, des serpents
et de nombreuses plantes. Malheureusement, les forêts tropicales de Cerro Chucantí sont sérieusement menacées par la déforestation due à l’exploitation forestière et à l’élevage du bétail, et Rainforest Trust et ses partenaires travaillent sans relâche pour sécuriser cette zone avant qu’il ne soit trop tard. Rainforest Trust croit fermement que des écosystèmes tropicaux florissants sont indispensables pour maintenir la santé de la planète pour les humains et les millions d’espèces avec lesquelles ils occupent la Terre. En soutenant Rainforest Trust, les personnes respectueuses de l’environnement aux États-Unis et dans le monde entier peuvent joindre leurs efforts pour créer un impact durable en matière de conservation.

Pour en savoir plus sur les projets de conservation mondiaux de Rainforest Trust, veuillez visiter:

www.RainforestTrust.org

ALLEZ DANS LES MÉDIAS SOCIAUX

REJOIGNEZ LA RÉVOLUTION